Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
isabelle-duret.over-blog.com

Carnets de voyages, urban and rural sketches, aquarelles, pastels secs, portraits, dessins tous azimut ! Témoignages et tranches de vie dessinées

Venezia 2020

Venezia 2020

Ce mois d'octobre, je me rend à Venise à l'occasion du Salon de Carnets de voyages "Matite in Viaggio" pour laquelle j'expose quelques travaux.

Je me réjouis de revoir Venise, surtout en cette période particulière entre deux vagues de pandémie de Corona virus. Je tiens vraiment à profiter de cette petite fenêtre de liberté pour pouvoir voyager un peu, même si les conditions sont plus contraignantes; aussi, je décide de rester plus longtemps.

Test PCR 72 heures avant le vol, port du masque dans les transports en commun  trains, RER et métro surpeuplés, avion... dans les villes, Paris, Venise

 

" Laissez vous rêver" ... dans les transports en commun
" Laissez vous rêver" ... dans les transports en commun
" Laissez vous rêver" ... dans les transports en commun
" Laissez vous rêver" ... dans les transports en commun
" Laissez vous rêver" ... dans les transports en commun
" Laissez vous rêver" ... dans les transports en commun

" Laissez vous rêver" ... dans les transports en commun

L'ambiance de ce deuxième voyage: les gens masqués, bien sûr, et pour contraster,  les messages SNCF sur les vitres " laissez vous rêver" ... oui, moi je rêve quand même, car je vais faire un chouette voyage ! Mais je me dis que ça fait bien longtemps que je n'ai pas pris le train ! Ici, pas de " distanciation sociale" ! Au contraire de l'aéroport, ou des sièges sont symboliquement barrés avec des scotchs pour que le public respecte les nouvelles mesures et les gestes de protection.  Dans l'avion par contre, un formulaire à remplir, et tout le monde s'assoit à sa place, avec, toujours le masque. Bon, nous sommes tous censés être "négatif" , foi de test PCR !

Au retour, on perdra beaucoup de temps, malgré la vitesse du TGV. Les tempêtes sont fait des dégâts et des arbres se sont abattus sur la voie ferrée. Je devais arriver à Lorient vers 21h, j'arriverai vers 3h du matin ! La SNCF a en réserve des petits paquets d'assistance aux voyageurs, et ça tombe vraiment très bien, je commençais à avoir faim. 

Et puis enfin, on redémarre !

A l'occasion de l'exposition, je découvre la Venise continentale, ici, le vieux quartier de Mestre; et le " trombinoscope de quelques artistes présents pour l'exposition  "Matite in Viaggio".
A l'occasion de l'exposition, je découvre la Venise continentale, ici, le vieux quartier de Mestre; et le " trombinoscope de quelques artistes présents pour l'exposition  "Matite in Viaggio".
A l'occasion de l'exposition, je découvre la Venise continentale, ici, le vieux quartier de Mestre; et le " trombinoscope de quelques artistes présents pour l'exposition  "Matite in Viaggio".

A l'occasion de l'exposition, je découvre la Venise continentale, ici, le vieux quartier de Mestre; et le " trombinoscope de quelques artistes présents pour l'exposition "Matite in Viaggio".

Sur un rouleau, mes déambulations, de la Calle Del Pistor, au Campo S Zandegola. Interrompue par la pluie !
Sur un rouleau, mes déambulations, de la Calle Del Pistor, au Campo S Zandegola. Interrompue par la pluie !
Sur un rouleau, mes déambulations, de la Calle Del Pistor, au Campo S Zandegola. Interrompue par la pluie !
Sur un rouleau, mes déambulations, de la Calle Del Pistor, au Campo S Zandegola. Interrompue par la pluie !
Sur un rouleau, mes déambulations, de la Calle Del Pistor, au Campo S Zandegola. Interrompue par la pluie !
Sur un rouleau, mes déambulations, de la Calle Del Pistor, au Campo S Zandegola. Interrompue par la pluie !

Sur un rouleau, mes déambulations, de la Calle Del Pistor, au Campo S Zandegola. Interrompue par la pluie !

Au lieu du flot incessant de touristes submergeant la lagune, peu de personnes ... des rues clairsemées ... même la Place San Marco est quasiment vide et il n'y a pas une queue effroyable pour visiter le Palais des Doges ! Cette fois ci pas de risque de se faire bousculer ! Tout le monde porte un masque, même dehors mais, pas celui du Carnaval. Le gel hydro alcoolique coule à flot, partout, dans les bus menant à Venise, dans les commerces... cafés et restaurant... avec, partout, le rappel des consignes de distanciation, schéma montrant comment bien se laver les mains ,  et " la mascherina" , le masque , encore !  On va devoir ressortir le masque des médecins de la peste !

A minuit, chacun chez soi, c'est l'heure du couvre feu.

Ma logeuse a la télé branchée en permanence. Dès le matin, les émissions se succèdent avec pour thème l'hypothèse d'un reconfinement. Le tout d'un air badin, avec des grands éclats de rire et une joie de vivre toute italienne. Bon, je me dis qu'on nous prépare, et que j'ai bien fait de venir m'échapper un peu.

 

Au contraire de Venise en été, en octobre la brume fait son apparition, comme un personnage fantomatique qui revient prendre possession de la Cité, et lui ajoute une touche de mystère...  

Pour dessiner le pont du Rialto, il y a peu de choix de points de vue; soit on va sous le porche et on en a une vue très partielle ( c'est ce que j'ai fait l'an dernier), soit on va au restaurant. Je teste le restaurant Sommariva, il est assez joli avec ses lanternes de couleur en verre de Murano, et je repère une table avec un super point de vue. Un serveur arrive, et avant de commander je lui demande si c'est un problème que je reste là 2 ou 3 heures pour dessiner, tout en commandant un repas bien sûr ! Je vois bien qu'ils ne sont pas débordés ... il me dit que ça ne le dérange pas du tout, et qu'il me faut bien rester minimum 3h pour représenter le Rialto. On voit qu'il a l'habitude ! je lui dit que je vais essayer de passer moins de temps car j'ai beaucoup de dessins à faire, et je commande ! D'abord un Spritz pour me mettre dans l'ambiance et puis une pizza. 2h30 plus tard j'ai fini, je commande un café et l'addition. Je remarque que sur le ticket le tarif est du Spritz est beaucoup plus bas que sur la carte et qu'il n'y en a qu'un de compté sur les deux !  il m'en ont offert un ! Je crois qu'ils sont content de mon dessin et qu'en plus ils m'ont fait le tarif vénitien ! Quel accueil ! Mais pas question que je parte comme ça ! j'entend le patron demander au serveur qu'on m'apporte un limoncello ! heureusement le verre est un dé à coudre, je vais pouvoir repartir sur mes deux jambes !!

L'année précédente j'avais visité Venise et fait un tour à la Biennale " May you live in interesting times"... quel nom prophétique ! Période intéressante en effet, et oh combien inédite !

 

Comme je cours après le temps autant que j'avale des kilomètres à pieds, je dessine aussi de nuit, et ça me plait bien, ça colle bien avec ce que je ressens de la période actuelle. Cette immense nuit qui s'abat sur le monde comme un couperet !

 

 

Instead of the incessant stream of tourists submerging the lagoon, few people ... scattered around the streets ... everyone wearing a mask, even outside, following safety regulations in Italy. The hydroalcoholic gel was flowing freely, everywhere, in the buses leading to Venice, in shops ... cafes and restaurants ... At that time, the curfew was at midnight. Unlike Venice in summer, in October the mist made its appearance, adding a little more to its mystery ... night was falling much faster than in my native Brittany in France... and I almost got locked up in Arsenale Norte when I went to draw Lorenzo Quinn's "Building Bridges" !   I have been very lucky to meet a night porter who was doing a round at 7pm because the doors were closed... (I didn't even notice there were doors ! ) otherwise I would be have spent the night there, enveloped in this cold cloak of mist !... Last year I had visited the Venice Biennale entitled "May you live interesting Times" ... Oh how much !!

Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020
Venezia 2020

Les rues et les places sont vides ! Quel contraste avec l'année passée où la foule se bousculait sans ménagement ! Moi ça me repose de voir Venise comme ça, calme et tranquille; et sans doute que ça repose aussi les vénitiens qui peuvent à nouveau sortir sans subir toute cette foule envahissante.

Je m'arrête souvent pour dessiner, et cette fois, c'est une gondole à l'aspect étrange qui attire mon regard. Elle a l'air assez ancienne comparée à celles que je vois sur les canaux, toutes rutilantes! Elle est couverte sur le haut et les côtés, ce qui m'intrigue ! Vite, je me dépêche de la dessiner, m'attendant à ce qu'elle file à tout moment ! Mais bien vite je m'aperçois que les gens défilent et repartent ! Ce n'est qu'un piège à touristes ! On se fait prendre en photo et on repart ! Me voilà bien attrapée !

Building Bridges de Lorenzo Quinn à Arsenale Norte

Qu'est ce qui m'a pris d'aller à Arsenale norte à pieds !! Franchement, je ne sais pas ! Je savais que c'était loin, et il m'a bien fallu deux bonnes heures de marche pour y arriver. Ceci dit ça valait le détour, c'était une expérience intéressante de passer par le quartier du Castello, me perdre un peu, comme d'habitude, longer les murs de briques de l'Arsenal, arriver dans des petits coins de nature que je ne soupçonnais pas ... le terrain de foot où vont tous les enfants de Venise, pour enfin arriver à Arsenale. Cette fois ci, je ne dessinerai pas cette sculpture vue d'un vaporetto à l'arrêt !  Building Bridges, en construisant des ponts, est le titre de la sculpture de Lorenzo Quinn, que je viens voir. D'un quai  à l'autre des paires de mains se rejoignent, gigantesques et d'un blanc éclatant. En y regardant de plus près je vois qu'il y a aussi des mains très différentes: d'enfants, d'adultes, et d'autres très ridées. Elles n'ont pas toutes la même pose et représentent l'Amitié, la Foi, l'Aide, l'Amour, l'Espoir et la Sagesse. 15 m de haut, et 20 m de long, des mains de géants pour nous rappeler les vertus humaines fondamentales qui permettent de construire des ponts entre les hommes. Je sors mes pinceaux ! 

Le temps que je dessine et me promène un peu dans l'arsenal, la nuit tombe, et je reviens admirer les mains de plus près. Je ne trouve pas de point de vue accessible et avec suffisamment de recul pour les dessiner avec leur reflet dans l'eau, c'est bien dommage, car avec les éclairages, quel spectacle que ces mains blanches dressées dans la nuit !

C'est sur le chemin du retour que je me fais une petite frayeur... deux immenses portes se dressent devant moi, fermées !! Je cherche à les contourner, pas moyen, et l'endroit n'est plus aussi engageant que tout à l'heure. Il y a des bruits que je n'identifie pas, et la brume m'enveloppe de son manteau bien humide. Je vois la lumière d'une lampe torche et m'approche à grand pas, j'ai de la chance , c'est un gardien de nuit qui fait sa ronde ! il m'ouvre la porte, je le remercie et J'en profite pour lui demander dans quelle direction se trouve le vaporetto. Cette fois, je ne fais pas le retour à pieds, je suis moulue ! Il est 19h, j'ai bien failli me faire enfermer, mais franchement, le spectacle en valait la peine, ces mains sont encore plus belles  la nuit !

 

Arsenale Norte, et le " Building Bridges " de Lorenzo Quinn
Arsenale Norte, et le " Building Bridges " de Lorenzo Quinn
Arsenale Norte, et le " Building Bridges " de Lorenzo Quinn
Arsenale Norte, et le " Building Bridges " de Lorenzo Quinn
Arsenale Norte, et le " Building Bridges " de Lorenzo Quinn

Arsenale Norte, et le " Building Bridges " de Lorenzo Quinn

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article